Que font les monarques en hiver?

Par Daphné Laurier Montpetit
Coordonatrice du projet Mission monarque


Nous les voyons partir – avec un peu de tristesse – à l’automne. Nous savons qu’ils migrent sur des milliers de kilomètres, et que leurs descendants seront de retour, avec l’arrivée des journées chaudes. Mais que se passe-t-il donc, entre l’automne et le printemps? Que font les monarques en hiver?
 

Destination sud

C’est dans les montagnes du centre du Mexique, dans l’état du Michoacán, que les monarques passent l’hiver. Là, des forêts de sapins oyamels les accueillent, année après année. Si le Mexique nous rappelle le soleil, la plage et la chaleur, c’est un tout autre environnement que trouvent là les monarques!

Les monarques ne supportent pas les températures glaciales du nord des États-Unis et du Canada; ils migrent donc vers le sud pour éviter le gel. Pourtant, ce ne sont pas des températures chaudes qu’ils recherchent, mais plutôt des conditions fraîches.

L’objectif de la migration est de trouver le climat parfait : assez chaud pour éviter le gel, mais assez froid pour permettre aux papillons de vivre jusqu’au printemps. Ainsi, les températures hivernales, dans les aires d’hivernage du monarque, varient généralement entre 1 et 6°C.
 

Une longue pause… la diapause!

Sous des températures plus chaudes, les monarques gardent leur rythme métabolique normal. Par exemple, pendant l’été, les monarques vivent à l’étape adulte environ un mois. Comment, alors, survivent-ils plus de 7 mois d’hiver, afin de se reproduire au printemps?

Les monarques de cette génération comptent sur quelques trucs biologiques pour vivre aussi longtemps. Un de ces trucs est la diapause, une période pendant laquelle le développement cesse chez le papillon. C’est une sorte de dormance pendant laquelle il économise son énergie, étirant ainsi sa durée de vie.
Les conditions fraîches des sites d’hivernage permettent cet important ralentissement de métabolisme. De plus, le froid permettrait aux papillons de recalibrer leur boussole interne en préparation de la migration printanière, vers le nord.
 

Un équilibre fragile

Cet environnement parfait où les monarques passent la saison froide est malheureusement très délicat, et de nombreux facteurs troublent son équilibre. La coupe d’arbres, sur ou à proximité des sites d’hivernage, peut laisser passage à des courants d’air qui brisent l’isolation de l’habitat.

Les changements climatiques inquiètent aussi les chercheurs. Des températures plus chaudes pourraient affecter la diapause ainsi que le système d’orientation des papillons. Des températures froides, causées par des dérèglements climatiques, sont tout aussi inquiétantes. Pensons à la tempête qui a frappé le Michoacán, au printemps 2016, causant la mort de millions de monarques.

Malgré tout, les papillons voyageurs sont de retour, cette année encore, sur les sites qu’on visités leurs ancêtres. Ils sont prêts pour un autre hiver.
Dans l’équipe de Mission monarque, on a déjà hâte de les retrouver. Et vous?
 

Photo: Anita Ritenour