« Au revoir, et merci pour l’asclépiade! »

Par Daphné Laurier Montpetit
Coordonatrice du projet Mission monarque


Alors que l’orangé des ailes de monarque est remplacé par celui des feuilles d’arbres, brandissons nos mouchoirs et souhaitons bonne chance à nos chers papillons! Depuis déjà quelques semaines, ces monarques que vous avez observés en fin d’été (peut-être même à l’étape de chenille), entreprennent le grand voyage vers les montagnes du centre du Mexique, où ils passeront l’hiver.

Une migration unique

Peu d’espèces peuvent se vanter d’un tel exploit. Parcourir 4000km à coup d’ailes de papillons n’est pas une mince affaire. Comment les monarques surmontent-ils ce défi titanesque? Ils ont plus d’un tour dans leur sac!

Alors que les générations précédentes vivent environ un mois au stade d’adulte, les papillons de la génération migratrice, eux, peuvent vivre plus de neuf mois. Ils mettent en pause le développement de leurs organes reproducteurs, au moment de l’émergence (à la sortie de la chrysalide), et terminent le développement au printemps suivant. Cette pause permet aux papillons d’investir plus d’énergie dans l’accumulation de réserves pour la migration. Les papillons utilisent les grands vents des corridors migratoires pour se déplacer sur d’immenses distances. En cours de route, ils arrêtent lorsque les conditions ne sont pas favorables, ou lorsqu’ils arrivent à un grand point d’eau, où ils se ravitaillent en eau et en nectar. Année après année, les foules de papillons en migration sont observés sur les mêmes sites de repos, le long des grands lacs.

Comment savent-ils où arrêter? Qu’est-ce qui les guide  vers les aires d’hivernage que leurs arrière grands-parents avaient visité? Quels autres trucs utilisent-ils pour réussir un si grand voyage? Mystère! L’impressionnante migration des monarques, inimitée dans le monde, préserve son lot de secrets. Si les monarques disparaissent, la migration disparaît aussi, emportant avec elle les réponses aux questions que se posent de nombreux scientifiques.

Au nom des papillons, merci!

Cet été, vous avez été plus de 1000 participants à inventorier près de 150 sites lors de 220 missions. Les données que vous avez ainsi récoltées seront analysées par l’équipe de recherche. Au fil des missions, nous pourrons dresser un portrait des préférences des monarques dans le choix de leurs habitats de reproduction. Mieux nous comprenons le monarque, mieux nous pourrons le protéger!

Et nous en avons déjà beaucoup appris, cette année! Les patrons de migration, les dates d’arrivée tardives et la faible population nous donnent de quoi réfléchir. Nous adapterons le protocole et optimiserons Mission monarque, afin de tirer le maximum d’information et mieux comprendre les habitudes de reproduction du papillon.

Nous tenons donc à vous remercier pour le temps et de l’énergie que vous avez consacré à la cause. Chacune de vos observations représente un battement d’aile de monarque : avec tous ces battements mis ensemble, nous arriverons au bout du trajet!

Nous comptons sur vous : parlez de Mission monarque à votre entourage, et devenez ambassadeurs pour les monarques! Restez connectés pour suivre les nouvelles des monarques et pour vous préparer à la prochaine saison de mission monarque!

 

2016-02-25 Piedra Herrada Mexico DSC_2234_Fotor