Comment les monarques trouvent-ils leur chemin?

Par Daphné Laurier Montpetit
Coordonatrice du projet Mission monarque


Les monarques d’Amérique du Nord sont reconnus pour leur spectaculaire migration annuelle, du Canada au Mexique. Chaque automne, les papillons entreprennent une route de 4000 km vers les forêts de sapins oyamels, au centre du Mexique, où ils passent l’hiver. Une fois le printemps arrivé, les voilà repartis pour une migration nordique qui, elle, s’étalera sur plusieurs générations.

Si la distance parcourue par les monarques est impressionnante, leur capacité de trouver leur chemin ne l’est pas moins! Comment les monarques parviennent-ils à naviguer jusqu’à destination, année après année?

Une boussole interne sophistiquée

Tous les monarques n’ont pas « l’appel du Sud ». Lors d’expériences dans un simulateur de vol, seuls les papillons dits « d’automne » ont démontré une direction claire, dans leur vol. Instinctivement, ils se dirigent vers le sud-ouest.

Les monarques migrateurs se fient au soleil pour connaître la direction à suivre. Cependant, puisque sa position change au cours de la journée, la simple observation du soleil ne suffit pas. Imaginez le zig-zag que ferait un papillon en suivant simplement le soleil, d’est en ouest!

Pour résoudre ce problème, les monarques migrateurs comptent sur une horloge biologique. Située dans les antennes, elle leur indique le moment de la journée. Grâce à cette information, les papillons peuvent ajuster leur position par rapport au soleil, afin de maintenir le cap vers le sud-ouest. Ainsi, en matinée, ils maintiennent le soleil à leur gauche et en après-midi, à leur droite.

Ce sont donc ces deux informations combinées – la position du soleil et le moment de la journée – qui constituent la boussole interne permettant aux monarques de naviguer vers le Mexique.

Et par jours nuageux?

Il arrive que des nuages cachent le soleil, privant les monarques de leur indice visuel. Heureusement, les papillons ont plus d’un tour dans leur sac!
En plus de l’horloge biologique, les indispensables antennes du papillon renferment une « boussole magnétique ». Cet outil indique aux monarques où ils se situent par rapport à l’équateur. Ils peuvent donc retrouver leur chemin vers le sud en se fiant aux lignes du champ magnétique terrestre. Impressionnant, non?

Cap au nord!

Au printemps, tout bascule! Les monarques ayant passé l’hiver au Mexique repartent en migration, mais cette fois, dans la direction opposée. Le même mécanisme entre en jeu, mais avec un changement important : la boussole interne a été recalibrée, au cours de l’hiver, pour indiquer le nord. On croit que l’exposition au froid déclenche ce recalibrage.

Plusieurs mystères entourent toujours les méthodes de navigation des monarques et chaque saison dévoile de nouvelles réponses. Chose certaine, ces grands voyageurs ne cesseront jamais de nous étonner!